Orchestre d'harmonie de Franche-Comté au Festival de musique 2017

Dimanche, 17 septembre, 2017 - 15:00
Théâtre Ledoux à Besançon
22€/17€/12€

Orchestre d’harmonie de Franche-Comté

“VIVE LES VENTS“

Nicolas Fargeix, clarinette
José Rafael Pascual Vilaplana, direction
Alexandre Jung, assistant

Giacomo puccini (1858-1924), arr. christiaan Janssen (né en 1974)
La Bohème, suite symphonique | 15 min

Oscar Navarro (né en 1981)
Concerto pour clarinette n°2 (2011-2012) | 22 min

Jules Strens (1893-1971)
Danse Funambulesque (1929)
| 11 min

David Maslanka (né en 1943)
Give us this day (2006)
| 17 min

Soucieux de faire la part belle aux initiatives locales, porteuses de sens et de belles expériences artistiques, la fédération musicale de franche-comté et le festival, partenaires de longue date, ont décidé d’ouvrir une parenthèse musicale : un orchestre régional « éphémère » qui rassemble, sous la direction du grand chef espagnol Jose Rafaél Pascual Vilaplana, de très bons musiciens à vent de la région ; professeurs, grands élèves et amateurs avertis, pour remettre à l’honneur la musique d’harmonie si rarement programmée. C’est en 1782 à vienne que naissent les premiers orchestres d’harmonie, d’abord à la cour puis dans la plupart des maisons nobles. ils sont alors censés dispenser ce que nous appellerions aujourd’hui une musique d’ambiance durant les repas ou certaines réceptions. en guise de Tafelmusik, ces amuseurs musiciens tenaient prêt un immense répertoire de chansons et de danses à la mode et jouaient, selon le bon vouloir des princes, aussi bien les grands airs du dernier opéra à la mode que des divertimenti composés spécialement à cet effet. Mozart lui-même évoque cette habitude dans le dernier acte de don giovanni. Celui-ci, en attendant le commandeur, écoute un octuor à vent lui remettre en mémoire des airs d’opéra dont (sympathique clin d’oeil) le Non più andrai des Noces de Figaro. notons au passage que ces pratiques contribuent alors largement à la popularisation des oeuvres… Ces musiciens avaient donc un don pour l’arrangement, bien que leurs réductions ne soient qu’un rappel et non une fidèle reproduction de ces « tubes » de l’époque. c’est cette tradition que pérennisent l’orchestre d’harmonie de franche- omté et José Rafael Pascual Vilaplana, en reprenant pour nous les grands airs de La Bohème de Puccini, arrangés en une « suite symphonique » par Christiaan Janssen. un opéra en accéléré, donc, et sans chanteur — mais non dénué de vocalité.

La vocalité est également un élément essentiel du traitement de la clarinette d’Oscar Navarro pour son Concerto pour clarinette n°2. Habitué de musiques de film, le jeune compositeur espagnol insiste en effet sur la proximité de la clarinette avec la voix. Très cantabile, la première section glisse d’une atmosphère « ethnic new age » vers le flamenco (avec incontournables claquements de mains). la deuxième, plus minimaliste, se concentre sur une reproduction par le soliste des inflexions de la voix humaine tandis que la dernière, Prestissimo, est une danse tourbillonnante d’une excessive virtuosité. retour à la scène et au spectacle avec la Danse Funambulesque du néerlandais jules strens. Héritier esthétique informel d’un strauss ou d’un debussy (pour ses couleurs et son sens mélodique), celui qui fut la tête de file des « synthétistes » s’y révèle adepte de polyrythmies de toutes sortes et de métissage stylistique. Si l’oeuvre s’assume comme une « esquisse chorégraphique », le mot « funambulesque » ne doit pas, selon le compositeur, être compris littéralement mais bien symboliquement. cette musique de cirque commencée sur un ton aigre-doux court ainsi, sur le fil du rasoir, vers une folie éperdue.

Give us this day conclut sur une note plus apaisée et un esprit de communion. David Maslanka emprunte son titre au notre père (il referme d’ailleurs la pièce sur une reprise d’un choral de Bach d’après cette exacte prière), mais s’inspire d’une pensée bouddhiste prônant une plus grande attention à l’autre pour construire ensemble l’avenir. Pénétrée d’abord, la musique se charge peu à peu d’énergie jusqu’à laisser exploser une joie simple.

Une réduction est proposée aux adhérents de la FMFC. Merci de nous contacter au 03.81.82.02.40 pour connaître les modalités.